Bannière cafcom.net

Accueil > Archives > Blog > Cacas nerveux > Gloomy sunday

Gloomy sunday

6 mai 2007

C’est fait. C’est une « belle victoire de la démocratie » puisque la participation a été importante. C’est ce que j’aurais dit avec le sourire si le résultat avait été autre.

Ce soir je pense à un vieux monsieur, extrêmement de droite, mais courtois et cultivé, avec qui je parle quelquefois, et qui à chaque fois me dit son mépris pour la démocratie. « En vertu de quel principe, répète-t-il toujours, les plus nombreux auraient-ils forcément raison » ?

Jusqu’ici je répliquais, que la démocratie, selon Churchill, est le pire de tous les systèmes, à l’exception de tous les autres, et que ce n’est pas parce qu’on n’est pas riche, ou pas cultivé, ou même parce que l’on est un simple d’esprit, qu’on n’a pas le droit d’avoir une opinion, et que cette opinion n’aurait pas la même valeur que la mienne ou la sienne.

Ce soir je doute beaucoup, et je me demande si le vieux, qui a sans aucun doute voté De Villiers au 1er tour, et Sarkozy au second, n’a pas raison sur ce coup-là...

Évidemment le nouveau président en demandant à ses troupes de respecter l’adversaire, n’a pas fait autre chose que de demander à tous le respect du verdict des urnes.

Donc on respecte. On respecte les 53% qui ont fait le choix d’un nouvel avatar du vieux Travail-Famille-Patrie, du garant de la libre concurrence, du bouclier fiscal et de la tolérance zéro. On respecte les partisans du fichage génétique et du nettoyage des cités au Kärcher.

On respecte les fidèles de TF1, de la Staracadémie. On respecte la France qui se lève tôt (parce que nous on fait grasse mat’ tous les jours), la France qui croit aux vertus des heures sup’ contre le chômage. On respecte la France qui aime Johnny, Steevy-du-Loft et Gilbert Montagné. On respecte le gentil Borloo, l’honnête Tapie qui retrouvera rapidement on l’espère un portefeuille, et l’excellent et sympathique De Robien. On respecte le précurseur Le Pen qui s’il n’est plus dans la course est malgré tout vainqueur, puisque ce sont ses idées qui ont fini par triompher, sous une autre bannière.

On respecte nos amis américains qui ont élu et réélu George W. Bush. Maintenant nous sommes nous aussi un grand peuple.

Ce soir, on respecte et on aime tout le monde. Liberté, égalité, fraternité, on a perdu mais on sait se montrer beau joueur.

Pas envie de revoir « La bonne année » comme prévu initialement, j’ai éteint la télé et on est sortis promener le chien. Il n’y avait personne sur les quais. Juste un vent froid, début de crachin, le fleuve boueux et la nuit qui tombe.

Putain, cinq ans...