Bannière cafcom.net

Accueil > Je me souviens > Volet, 2011

Volet, 2011

20 juin 2015

Moi aussi je fais des photos à la con, mais j’embête pas le monde avec ça, scrogneugneu.

Je me souviens que c’était au sortir d’une expo de Martin Parr aux Rencontres d’Arles l’année où il en était le commissaire (pas de mérite à m’en souvenir, je n’y étais pas allé depuis 20 ans au moins, et n’y suis pas retourné depuis). Une dame tout droit sortie d’un film de Tati l’avait reconnu dans la rue (moi pas, je ne savais pas la tête qu’il a cet homme, en plus même ma fille et mon ex-femme il m’arrive de ne pas les reconnaître dans la rue, alors tu penses un photographe) et ça faisait cinq bonnes minutes qu’elle le cramponnait en plein soleil à l’heure de l’apéro : « Monsieur Parr j’aime teeeeeeeeeeellement ce que vous faiiiiiiiiiiites... vous êtes trooooop géniaaaaaaaaaaaal... moi aussi je fais de la photoooooooo... » Le pauvre l’écoutait poliment sans répondre mais commençait à trouver le temps long, et l’autre fâcheuse ne s’apercevait toujours pas qu’elle ne l’intéressait pas et même l’ennuyait passablement. J’imaginais la dame raconter ensuite à ses copines « j’ai bavardé avec Martin Parr aux Rencontres, il est troooop cooool... »

Du coup j’avais quasiment honte d’être là moi aussi, avec un appareil photo en sautoir, circonstance aggravante (rien de plus ridicule que d’être aux Rencontres avec un appareil photo sur le bide) et j’ai photographié le premier truc inintéressant qui me tombait sous les yeux, devant Martin Parr, je ne sais toujours pas pourquoi au juste d’ailleurs. Comme un chien pisse sur un réverbère, c’est encore la meilleure analogie que j’ai trouvée à cette pulsion de photographie.

Arles, 2011