Bannière cafcom.net

Accueil > Archives > Blog > Archives 2006 > Beuh !

Beuh !

15 mars 2006

Je ne sais pas si vous vous en souvenez, mais je vous ai entretenu il y a quelques mois, de la pianiste Vanessa Wagner, qui m’avait fait une forte impression un soir à la télé.

Pour tout vous dire, je ne l’ai pas vraiment revue, ni entendue depuis. Il semble que la petite dame ait fait une courte pause pour maternité (ce qui est bien son droit après tout), et de mon côté j’avais d’autres chats à fouetter.

Mais voilà-t-y pas qu’hier, c’était l’anniversaire de la p’tite, je passais en ville et me suis arrêté dans un de ces supermarchés culturels, vous savez bien, pas la FNAC, l’autre, qui vend de la « culture créative » il faudra d’ailleurs un jour qu’on m’explique ce que ça veut dire.

Autant vous le dire tout de suite, la culture chez Cultura, puisque c’est d’eux qu’il s’agit, on doit pas en avoir tout à fait la même conception. Ainsi je voulais ramener un Don Giovanni dont on n’a que des vieilles cassettes d’époque (l’époque des cassettes, donc, du service militaire et tout ça, ce qui donne bien 20 ans à notre Don Juan). Je m’attendais à en trouver deux ou trois versions différentes, mettons, une historique, une dite de référence, et une petite nouvelle. Et bien, croyez-moi si vous voulez, en pleine année Mozart, du Mozart y’en a des palettes entières chez Cultura, notamment toutes les pub que Mozart a composées pour la télé, les plus belles pièces de Mozart par Dédé Rieu (ces pièces-là doivent être bien sonnantes, et trébuchantes), les compil du divin, délicieux Mozart, mais de Don Giovanni, du sombre, du glauque, Don Giovanni, pas. Nada. Rien. Balle peau. Enfin, si, pour être juste, un seul, en DVD. Mais pas de CD.

Donc, pas de Mozart. Le reste du rayon était un peu à l’avenant, cinq Chopin, trois Debussy, dont, et je m’y suis arrêté, le dernier CD de Vanessa Wagner, les Images et Estampes. J’aime beaucoup Debussy, et un a priori favorable pour Vanessa Wagner.

Seulement voilà. La pianiste, en plus d’être talentueuse, a le handicap d’être jolie, et pour être en bonne place dans les linéaires de Cultura, ça compte. Sa maison de disque a donc affublé son CD d’une couverture comme ils en auraient fait une pour Dédé Rieu ou Clayderman... La jolie Vanessa dans une robe blanche à la fois moulante et vaporeuse, les pieds dans un ruisseau... J’ai immédiatement pensé aux photos que l’on trouvait à la rubrique « Galerie critique » dans les premières années de la revue Chasseur d’images... Le genre de photos amateurs neuneu comme tous les débutants en ont commis, dès lors qu’ils avaient des pulsions érotico-artistiques et le modèle qui va bien sous la main, ou plutôt devant l’objectif.

Ou encore, de ces photos de mariage comme on en voit trop souvent dans les vitrines de mauvais photographes de quartier. Bref, une horreur. Pourtant là le photographe est connu, on ne le citera donc pas, mais ça m’a vraiment fait mal pour Vanessa et Debussy.

J’imagine la séance de pose de la pauvre pianiste jeune maman, les pieds dans la vase, dans le meilleur des cas, sur des cailloux pointus sinon, les orteils chatouillés par les écrevisses, peut-être une sangsue collée au mollet, et une couleuvre affolée se faufilant entre ses jambes. Et ce con de photographe bien au sec dans ses cuissardes, penché sur son Hasselblad : « Oui, comme ça, caresse l’eau, c’est celààà ouiiiiiii... T’es sûre que tu ne veux pas descendre un peu la bretelle sur ton bras ? Bon, c’est comme tu le sens, coco... »

Putain ce qu’il faut pas faire pour avoir son CD en tête de gondole chez Cultura, et que les bobos achètent Debussy plutôt que Dédé Rieu. Avec ça un rhume, et une robe de foutue par dessus le marché.

J’ai hésité un instant, parce que j’aime vraiment Debussy, que certainement Mme Wagner le joue très bien, avec beaucoup de sensibilité. Mais un CD comme ça dans mes étagères, la honte, non, je ne l’ai pas acheté. La petite, fan de danse, a eu à la place un DVD de La Dame de pique par Roland Petit et le Bolchoï.

Et puis de retour à la maison, je l’ai regretté, et il m’est venu une idée : la prochaine fois que je monte à la ville, je l’achète le disque, et je change la jaquette par une toute blanche imprimée à l’ordinateur comme je fais pour mes CD illicites. Vous imaginez ça, la tête des inspecteurs de la Sacem, quand je leur dirai, avant la prison, que celui-ci je l’ai bien acheté, mais que la photo était trop tarte ?

Vanessa Wagner


À l’attention de Mle Vanessa Wagner : je suis aussi un assez bon photographe, et à votre disposition, gracieusement, pour la jaquette de votre prochain CD. Sans écrevisses, ni sangsues, ni couleuvres. Il faudra juste me trouver un Blad, j’ai vendu le mien faute de jolies pianistes à photographier.